6 astuces pour étudier le GMAT en travaillant à plein temps?


Ne serait-ce pas merveilleux si vous pouviez simplement prendre quelques mois de congé, trouver quelques cafés confortables, et vous dévouer complètement et du fond de votre cœur à la préparation du GMAT ? Malheureusement, renoncer à votre chèque de paiement n’est pas une option. Si vous vous retrouvez à essayer de jongler entre la préparation pour le GMAT et un travail à plein temps (et peut-être même avec des heures supplémentaires), ne désespérez pas. Vous pouvez le faire !

reussirlegmat_6actuces_pour_etudier_a_plein_temps

Voici 6 astuces qui vous aideront à atteindre vos objectifs pour le GMAT — et à garder votre poste.

1. Démarrez avec un plan réaliste

La première étape consiste à repérer votre point de départ. Passez un test blanc de GMAT au complet dans de véritables conditions d’examen pour avoir une appréciation réaliste de vos compétences. Le résultat de votre examen devrait vous aider à évaluer et à mieux comprendre vos  points forts et vos points faibles.

Votre résultat vous donnera aussi une meilleure idée du temps que vous devrez consacrer à la préparation du GMAT (cela dépend aussi du nombre d’heures d’études que vous pourrez obtenir d’après vos horaires de travail). Si votre seul but est d’améliorer votre score de quelques points seulement, vous ne pourriez avoir besoin à peu près que d’un mois de préparation. Si vous visez une amélioration plus considérable, ne vous inquiétez pas — c’est tout à fait possible, mais il vous faudra plus de temps pour y arriver.

2. Ciblez vos faiblesses

Vous avez mis un temps précieux de côté pour étudier le GMAT en dehors de vos heures de travail — maintenant assurez-vous d’utiliser ce temps à bon escient. Plus vous ciblerez vos faiblesses de manière spécifique, plus vite vous verrez des progrès concrets. Examinez les résultats de vos tests et exercices attentivement — si vous avez régulièrement des difficultés avec les problèmes d’algèbre de la section « Data Sufficiency », mais n’avez aucun mal avec les problèmes de probabilités de cette même section, ne perdez pas votre temps à étudier les probabilités ! Faites assez de révisions pour maintenir votre niveau, mais focalisez vous surtout sur vos lacunes.

3. Ne vous posez des lapins

Comme le dit si bien Woody Allen « répondre présent constitue 80% du succès ». Faites vous un planning réaliste basé sur vos préférences personnelles. Si vous êtes un zombie avant neuf heures du matin, ne vous faites pas croire que vous vous lèverez tôt pour étudier avant d’aller au travail. Au lieu de cela, mettez de côté un peu de temps durant le déjeuner, les week-ends ou la nuit. Essayez différentes stratégies pour trouver celle qui marche le mieux pour vous, et considérez vos « rendez-vous d’études » comme des réunions de travail.  Ne pas y assister n’est pas une option. Votre discipline sera renforcée à chaque fois que vous ne voudrez pas étudier mais que vous y vous forcerez. Bientôt, vous commencerez à apprécier vos révisions et à les voir comme un défi satisfaisant, un moyen d’entraîner les « muscles » de votre cerveau !

4. Restez positif et soyez visionnaire

Soyons honnêtes : travailler à plein temps et étudier pour le GMAT n’est pas une mince à faire. Mais ne désespérez pas : cela ne durera pas pour toujours. Écrivez une citation motivante ou accrochez une photo de l’école de commerce de vos rêves au dessus de votre bureau pour vous rappeler vos  objectifs.

Restez positifs vis-à-vis de vos compétences pour le GMAT aussi. Tout en vous concentrant sur vos points faibles, vous devez aussi maintenir vos bonnes aptitudes pour les domaines dans lesquelles vous excellez. La confiance en soi compte. Ne soyez pas trop dur avec vous-même si vous avez des difficultés avec une certaine question ou un certain type de question — plus vous pratiquerez, plus vous vous améliorerez.

5. Faites en une activité sociale (si ça vous arrange)

Pensez à ajouter un élément légèrement compétitif ou collaboratif à votre préparation au GMAT. Trouvez un collègue qui passe lui aussi le GMAT — vous savez qu’il y en a ! — et organisez un groupe d’études hebdomadaire où vous vous échangerez des questions. Au moins, la motivation sociale vous poussera à respecter votre planning, un peu comme une inscription à la salle de sport. Et vous pourrez partager vos stratégies de GMAT et vos frustrations avec les autres.

6. Maintenez le momentum

C’est bien de viser la perfection, mais en même temps, reconnaissez que peu importe à quel point vous étudierez, vous ne pourrez pas éliminer la nécessité de réfléchir sur le coup et de gérer des variations nouvelles de problèmes qui vous sont familiers. Reconnaissez aussi que le test devient de plus en plus dur au fur et à mesure que vous vous améliorez, c’est, d’une certaine manière, comme monter une côte pénible.

Ne laissez pas les petites rechutes vous décourager. Si vous avez une semaine particulièrement remplie au travail et ne pouvez pas vous consacrer au GMAT, ne perdez pas de temps à culpabiliser. Plus tôt vous vous remettrez à suivre votre planning, plus tôt vous finirez de vous préparer pour le GMAT !

Author: Réussir le gmat

Laisser un commentaire

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]