Comment résoudre les questions de Data Sufficiency du GMAT?

Il n’y a probablement pas d’autre type de question GMAT qui inspire plus de crainte chez les candidats telle le « Data Sufficiency ». Il évalue la capacité d’un candidat pour savoir quand il ou elle a suffisamment d’informations pour arriver à une conclusion. Ceux qui sont en mesure d’exploiter efficacement et avec succès ces capacités de raisonnement sont récompensés en conséquence. Bien qu’une grande partie du contenu qu’englobe le GMAT est similaire à celui trouvé sur la SAT et GRE, et que les questions sont elles aussi formatées d’une manière similaire, il existe une exception : Les questions Data Sufficiency. Les experts en tests affirment que ces questions n’existent pas dans les autres tests standards. Ils disent qu’elles nécessitent une bonne pratique afin de s’acclimater à leur format non conventionnel.

6 astuces pour rédiger des essais concis au MBA

A première vue, Sans pratique, ces questions demandent plus de temps pour que le cerveau réussisse à travailler de manière qui peut lui être inhabituelle. Pour une personne qui prépare le GMAT, les questions de type Data Sufficiency représentent généralement l’ennemi numéro Un. Elles lui sont difficiles et étrangères comme il existe certains pièges dans lesquels beaucoup de gens tombent encore et encore avant qu’ils ne se soient familiers avec ce type de questions et avant qu’ils les exercent.

Les Mathématiques, eux-mêmes ne sont pas plus difficile que la résolution de problèmes de section (PS= Problem Solving) mais le GMAT obscurcit ou masque les informations pour vous mettre hors d’état de répondre. Souvent, vous devez réarranger ou traduire l’information donnée pour la rendre utile dans la résolution du problème. A d’autres occasions, le test pourra vous tromper en intégrant les informations d’un énoncé à un autre, vous penserez que les deux énoncés sont aussi importants l’un que l’autre alors qu’un seul est suffisant.

Ce problème de Data Sufficiency se compose d’une question et de deux énoncés, marqués (1) et (2) dans lesquels certaines informations sont données. C’est à vous de voir si les informations fournies suffisent pour répondre à la question ou non. En utilisant ces données citées dans les deux énoncés ainsi que vos connaissances en mathématiques et les faits quotidiens (comme le nombre de jours en juillet ou le sens inverse des Eguilles de la montre) vous devez indiquer si :

(A) : L’énoncé (1) suffit seul, mais l’énoncé (2) ne suffit pas pour répondre à la question posée.

(B) : L’énoncé (2) suffit tout seul mais l’énoncé (1), lui ne suffit pas pour répondre à la question posée.

(C) : Les deux énoncés (1) et (2) ENSENBLE suffisent pour répondre à la question posée mais aucun des deux, n’est suffisant seul.

(D) : Chacun des deux énoncés est suffisant pour répondre à la question posées.

(E) : Les énoncés (1) et (2) ENSEMBLE ne suffisent pas pour répondre à la question donnée. Les données supplémentaires spécifiques au problème sont nécessaires.

Si vous venez juste de croiser cette question pour la première fois, voici quelques conseils qui pourront vous être utiles afin de répondre aux questions de Data Sufficiency.

1. Utilisez l’élimination et supposer à votre avantage :

Prenons un exemple très simple :

Est-ce que X est un nombre négatif ?

1. X < -10

2. X > -100

Si vous, comme la plupart des étudiants, vous avez analysé l’énoncé (1) d’abord, vous vous aurez probablement dit : « Eh bien, si X est inférieur à -10, alors X doit être négatif » et vous aurez raison. L’énoncé (1) est certainement suffisant pour répondre à la question posée.

Ensuite, nous pouvons ainsi éliminer tous les choix que nécessiteraient l’énoncé (1) pour être suffisant, et ce sont les choix (B), (C) et (E).

De même, si vous rencontrez une question où l’énoncé (1) n’a PAS été suffisant lui seul, vous pouvez immédiatement éliminer les choix (A) et (D) puisque les deux nécessitent que l’énoncé (1) soit suffisent SEUL pour répondre à la question.et si aucun des énoncés n’est suffisant seul ? Eh bien, dans ce cas là, dirigeons nous vers le choix (C) et (E) comme uniques possibilités, avec une réponse finale articulée sur la suffisance des deux énoncés combinés. Le système fonctionne même si vous commencez par l’énoncé (2) avant l’énoncé (1) vous n’avez qu’a éliminer les différents choix.

La mémorisation de cette simple méthode est une pierre angulaire pour maitriser le GMAT Data Sufficiency. L’utiliser veut dire que vous ne devez plus jamais perdre votre temps si précieux à déchiffrer les subtilités de la question type, elle-même. Libérer du temps et économiser les efforts pour les mathématiques et la pensée critique. De plus, comme pour toute stratégie d’élimination, deviner devient ainsi beaucoup plus efficace. Si vous pouvez éliminer deux ou trois choix de réponse et finir avec une chance de 33-50% pour deviner correctement les questions de GMAT Data Sufficiency plutôt qu’une chance de 20% avec une supposition (A), (E) aveuglée, ceci va vraiment se montrer dans votre score GMAT.

2. Ne calculez pas une réponse exacte si vous n’en avez pas besoin :

Data Sufficiency est tout au sujet de –« Pourriez vous trouver la réponse ? » supposons que le prompt est : « Quelle est la valeur de X ? » un problème DS standard. Supposons que dans le cadre de la résolution de ce problème vous arrivez à une étape comme : 132-2.25x = 673.23. L’étudiant médiocre et faible avec de petits instincts de gestion va passer consciencieusement à travers les différentes étapes pour trouver la valeur exacte de X sans calculatrice. Le candidat GMAT qualifié réaliserait que de l’étape 132-1.25x=673.23 ; il pourrait résoudre le problème. La valeur exacte de x n’est pas pertinente pour répondre à la question.

3. Etudiez les énoncés d’abord séparément :

Sur le Data Sufficiency, vous devez d’abord étudier chaque énoncé séparément, examinez si chaque énoncé, par lui-même, tout seul est suffisant. Seulement si les deux énoncés ne sont

pas suffisants séparément, vous étudierez la suffisance de l’informant en combinant les deux énoncés.

L une des plus grandes erreurs que les gens commettent dans le format de Data Sufficiency est de lire l’énoncé (1), faire quelques calculs ou déduction et ensuite rapporter toutes ces informations en étudiant l’énoncé (2)

Ceci est particulièrement tentant si l’énoncé (1) contient toutes sortes d’informations juteuses avec des implications fascinantes et logiques. Les gens s’emballent souvent dans le monde de : «que faire si l’énoncé (1) est juste ? » et ils ont du mal à quitter ce dernier quand il est temps de prêter attention à l’énoncé (2) seul et par lui même.

Author: Réussir le gmat

Laisser un commentaire