Stratégies d’admission aux MBA pour compenser de faibles scores de GMAT


Cette année, « Harvard Business School » a admis un étudiant avec un score de GMAT de 510, un faible score de GMAT comparé à leur moyenne de 730. L’année dernière, un autre postulant a obtenu une place à HBS avec un faible score de GMAT de 570. Ce particulier requérant au MBA était un joueur de football de la NFL (National Football League), qui a dirigé l’association des joueur au cours des négociations de grève, et remporté avec succès de nouveaux accords avec la ligue de football professionnelle. De toute évidence, HBS a estimé que ses accomplissements justifient son admission, malgré un score de GMAT relativement faible.

reussir_le_gmat


Ces deux cas mettent en évidence une approche plus holistique des admissions aux MBA, une évolution qui n’est certainement pas exclusive à HBS. Un score excellent au GMAT ne suffit plus aux postulants pour obtenir ces places si convoitées, dans les meilleurs programmes de MBA. Bien qu’il soit certainement préférable d’obtenir des scores de GMAT aussi hauts que possible, vous devez développer une particularité personnelle qui va bien au-delà de simples numéros.

Pour de nombreux candidats aux MBA, le GMAT peut être une source de stress intense. Si vous avez été à l’école pendant quelques années, cela doit déjà faire un moment depuis que vous avez dernièrement appliqué des concepts géométriques ou algébriques, ou rédigé une dissertation en moins de 30 minutes.

Toutefois, selon de nombreuses personnes chargées des admissions aux MBA, le GMAT est une partie très importante de l’ensemble du processus d’admission. Selon Yvonne Li, directrice des admissions MBA à CEIBS à Shanghai, un score GMAT peut fournir au comité d’admission une large gamme d’indicateurs sur les compétences d’un potentiel étudiant MBA, ainsi que sur son ajustement global avec l’école.

D’après Li : « Ca sert à évaluer la capacité d’apprentissage des candidats, et à voir s’ils ont un mode de réflexion logique et analytique, et une bonne maîtrise de l’anglais. »

Un score de GMAT peut aussi aider une école de commerce à comprendre si un candidat MBA est dans la norme en ce qui concerne les compétences quantitatives, qui peuvent être une grande partie du programme de l’école de commerce.

« Parce que notre programme est profondément ancré dans l’analyse, la capacité d’un élève à traiter et à résoudre des problèmes complexes est importante», dit Kelly Wilson, la directrice exécutive des maîtres d’admissions à l’école « Tepper » de la Carnegie Mellon University of Business ».

« Donc, le GMAT est un indicateur important pour nous, mais ce n’est qu’un seul indicateur à travers l’ensemble du processus d’admission. »

Beaucoup d’écoles de commerce n’ont pas d’exigences minimales en ce qui concerne les scores de GMAT. Mais la majorité des équipes d’admissions sont d’accord sur le fait qu’un candidat prometteur doit avoir un score de GMAT qui correspond à la moyenne des 80 pourcents de scores de l’école, c’est-à-dire les scores que la majorité des candidats admis dans cette école auront tendance à avoir.

Yvonne Li de CEIBS le confirme. La moyenne des 80 pourcents de scores de GMA chez CEIBS se situe entre 640 et 740, et si le score d’un candidat n’atteint pas 640, « le candidat doit prouver qu’il est au dessus de la moyenne dans d’autres domaines. »

Dans ce cas, au lieu de laisser votre admission au MBA se focaliser sur votre score de GMAT (surtout s’il n’est pas excellent), faites une demande d’admission qui redirigera leur attention sur un ou plusieurs des éléments suivants :

• Des accomplissements extraordinaires. Votre score de GMAT n’est peut-être pas exceptionnel, mais si vous envisagez de postuler pour les meilleurs programmes MBA, vous devez probablement avoir une impressionnante liste  d’accomplissements. Lesquels sont les plus particuliers ? Lesquels correspondent le plus à vos ambitions professionnelles ?

• Le milieu dont vous êtes issu. Certains candidats au MBA ont une histoire impérieuse, qui les a influencés d’une manière unique et intéressante. Peut-être avez-vous participé à votre entreprise familiale, voyagé dans plusieurs pays, ou peut-être voulez-vous aider une certaine région en particulier ?

• Vos traits de caractère. Quels sont les traits de caractère qui vous définissent ? Par quelles valeurs menez-vous votre vie ?

La plupart des membres de l’équipe d’admissions aux MBA ne demandent qu’à vous voir comme plus qu’un simple score, mais vous devez y apporter votre contribution. Vous devez leur faire parvenir un message consistant et riche, qui reflètera vos particularités personnelles, et qui les fera automatiquement se rappeler votre nom. Si vous faites cela, vous améliorerez grandement vos chances d’admission, que votre score soit de 510, ou pas. Cela est d’autant plus vrai que les meilleurs programmes de MBA cherchent de plus en plus à étendre leurs recherches au-delà des chiffres. Les programmes dont ceux HBS, Stanford, Kellogg, Wharton et d’autres universités d’élite ont réalisé que, pour rester compétitifs, ils devaient développer une image de marque unique et exceptionnelle pour leurs programmes de MBA. Avec de si prestigieux programmes et candidats, définir clairement votre caractère et votre personnalité est d’une importance critique, que votre score au GMAT soit parfait ou non.

Devrais-je repasser le GMAT ?

Si votre score de GMAT est plus bas que la moyenne des 80 pourcents des scores de l’école de commerce que vous désirez intégrer, une importante question que vous devez vous poser est si oui ou non vous devriez repasser votre examen du GMAT. D’après les équipes d’admission aux MBA, dans certains cas, cela peut s’avérer utile.

D’après Pejay Belland de INSEAD : «  Si un candidat a un profil excellent excepté son score de GMAT, alors il se pourrait qu’on l’encourage à repasser le test s’ils peuvent améliorer leur score. »

D’après Kelly Wilson de chez « Tepper », repasser le GMAT peut être bénéfique pour certains étudiants, qui ont des scores plus bas que la moyenne, et qui pensent pouvoir faire mieux la seconde fois.

«  Je n’arriverai jamais à un stade où je dirais à quelqu’un qu’ils doivent repasser le test », dit-elle. « Cependant, s’ils pensent qu’ils auraient pu mieux se préparer à l’examen, ou s’ils ont le sentiment de n’avoir pas répondu à leurs propres attentes, alors ils devraient songer à repasser l’examen. »

Crédit photo: Carmela Nava

Author: Réussir le gmat

Laisser un commentaire